Etude des ischio-jambiers en kinésithérapie

Quel sportif n’a jamais connu de lésion musculaire  sur le groupe des ischio-jambiers lors d’un match ou d’un entrainement. Si les ischio-jambiers sont sollicités en concentrique au moment d’un effort en accélération comme durant un sprint, leur lésion survient le plus souvent en phase excentrique, plutôt en chaîne ouverte et en course moyenne à externe.

 

 

 

 

1) Rappel anatomique

Ce groupe musculaire comprend trois muscles : le muscle ½ tendineux, le muscle ½ membraneux et le biceps fémoral.

 

ischio-jambier anatomie 

Le ½ tendineux:

—  C’est le plus superficiel de ce groupe musculaire. Il prend son origine sur la face postérieure de la tubérosité ischiatique par un tendon commun avec le biceps fémoral. Sa terminaison se fait sur ¼ supérieur la face médiale de la diaphyse tibiale, juste en arrière du sartorius.

Le ½ membraneux :

—  Il est le plus profond des 3 muscles. Il s’insert sur la tubérosité ischiatique juste en dessous du tendon commun du ½ tendineux et du  biceps fémoral. Il se termine par 3 tendons :

→ Le tendon direct qui va sur la face postérieur du condyle médial du tibia.

→ Le tendon réfléchi qui passe dans le sillon infra-condylien du condyle médial  tibial où il est recouvert par le ligament collatéral tibial et il s’attache à l’extrémité antérieur de ce sillon.

→ Le tendon récurrent qui constitue le ligament poplité sur la coque condylienne.

 

 

Le biceps fémoral :

Il est constitué de 2 portions : une longue biarticulaire et une courte monoarticulaire. La longue portion à son origine commune avec le ½ membraneux juste en arrière des muscles adducteurs. La courte portion, elle, part de la moitié inférieure de la lèvre externe de la ligne âpre, en dessous du grand fessier. L’ensemble du muscle se termine sur la tête fibulaire.

 

2) Rôle physiologique des Ischio-jambiers

→ Ils ont un rôle dans l’équilibre postural du corps.

→  Ils sont fléchisseurs du genou dans leur ensemble.

→ Ils participent à l’extension de hanche (rôle non assumé par la courte portion du biceps fémoral).

→ Ils jouent selon leur trajet sur les rotations du genou.

→ Enfin, ils contrôlent le tiroir antérieur tibial.

 

 

3) Leurs actions dans le geste sportif

Nous pouvons dire que ce groupe musculaire sera recruté systématiquement lors de geste nécessitant une triple extension (hanche, genou, cheville).

Il faut savoir que lors d’un geste de course à pied, les ischio-jambiers sont actifs pour 2/3 du cycle de course voir davantage en cas de terrain instable.  Ils seront recrutés sur le mode concentrique mais aussi en mode excentrique dans les derniers degrés d’extension.

Les ischio-jambiers sont impliqués dans toutes les tâches proprioceptives ainsi que celle de maintien de position sportive.

Ils ont un rôle capital en phase de décélération de course.

 

 

4) Les facteurs de risques de blessures 

→ Un déséquilibre de force Quadriceps / Ischio-jambiers : ratio concentrique et mixte (Croisier- 2008)

→ Différence de force Ischio-jambier / Grand fessier : ces 2 muscles sont synergiques et lorsque le muscle Grand fessier est trop faible cela accroît la participation des Ischio-jambiers donc un « stress » (en cas d’extension de hanche).

→ Antécédents de lésions musculaires des ischio-jambiers (Engebretsen-2010)

→ Un manque de souplesse : les Ischio-jambiers, composés de fibres courtes et de tissus conjonctifs, ont une tendance à la raideur.

 ischio-jambiers souplesse

→ Une hyperlordose : cela entraîne une antéversion et donc un allongement permanent des fibres ce qui produit une « overdose » mécanique.

→ Environnement stressant : la fatigue physique et psychologique d’un sportif en compétition ou les dernières semaines avant un objectif, de mauvaise condition climatique, déshydratation, …

Exemple : une étude concernant l’équipe de football du LOSC a montré que près des 2/3 des lésions des ischio-jambiers surviennent dans le dernier ¼ d’heure de chacune des mi-temps.

 

 

 

5) Quelques exercices de prévention

Même si aucune étude n’a pu mettre en évidence la réelle efficacité de tel programme, il semble néanmoins acquis dans le sport de haut niveau de la nécessité d’un travail préventif sur ce groupe musculaire.

- Des étirements régulier sont à réaliser de façon analytique  mais aussi postural pour entretenir une certaine souplesse voir gagner sur la raideur déjà installé. Dans les tableaux cliniques de pubalgie nous retrouvons presque systématiquement une raideur des chaînes postérieurs et en particulier sur les ischio-jambiers.

Partager
Rechercher un blog